Hier, Cannes avait des allures de Dunkerque. Mais en cette soirée où l’on fêtait les 50 ans du Midem, il fallait bien qu’il y ait un rayon de soleil. Ce rayon de soleil, il s’appelle Calypso Rose, 76 ans. Presque plus de cheveux sur le caillou, solide comme un roc. Un destin bigger than life.

Née Linda McArtha Monica Sandy-Lewis sur l’île de Trinidad-et-Tobago, Calypso Rose débarque dans l’actualité musicale avec son dernier album (Far from home, produit par Manu Chao). Mais qu’on ne s’y trompe pas : cela fait plus d’un demi-siècle qu’elle écrit sa légende.

Légende, terme galvaudé ? Parfois. Sauf que cette reine-là ne semble pas usurper son trône. 800 chansons écrites, 20 disques sortis. L’inoxydable septuagénaire n’a jamais eu peur de rien ni de personne. Dans un milieu où les hommes régnaient en maîtres, elle a su se faire une place de choix.

Calypso Rose Midem 2016

La tête et les jambes

Au cours de sa vie, les raisons d’avoir le blues ont pourtant été nombreuses. Interdite de chanter la « musique du diable » par son père, vite séparée de sa famille, violée par trois hommes à 18 ans. Et plus tard, touchée par un cancer du sein et deux infarctus.

Pas de quoi arrêter Calypso Rose, capable de faire se déhancher les foules, de les plonger dans une entraînante atmosphère de carnaval en un battement de cils et un éclat de voix.

Et si les danseurs prêtent une oreille aux paroles, ils entendront parler d’inégalité des sexes, de contestation sociale, de violence conjugale. La tête et les jambes associées comme rarement.

La lady caribéenne a besoin d’un bras aidant pour lui faire grimper les trois marches qui la séparent de ses musiciens. Une fois sur scène, c’est une autre histoire. Le temps n’a plus de prise sur elle.

Encore capable d’onduler du bassin pour faire se gondoler l’assistance, Calypso Rose est la patronne. C’est elle qui accélère la cadence. C’est elle qui décide quand les corps doivent se rapprocher.

MIDEM 2016 - MIDEM BY NIGHT - HEADLINER - CALYPSO SOUND SYSTEM (FEAT. CALYPSO ROSE)

D’une scène à l’autre, inépuisable

Sur l’affiche de son concert pour le Midem, on annonçait une « Rum and Coca-Cola Beach Party ». Certains ont sans doute oublié d’équilibrer le mélange et la plage du Carlton s’est encanaillée comme il fallait.

De quoi ravir la diva, qui passait d’une scène à l’autre. Après son show en compagnie du Calypso Soundsystem, elle faisait durer le plaisir avec le Calypsociation Steelband.

L’artiste de 76 printemps (on l’a déjà dit, mais ça vaut la peine de le répéter) séduira certainement d’autres foules, autrement plus conséquentes dans les semaines à venir.

Elle fera notamment partie de la programmation de Solidays, fin juin. Et les directeurs de festivals qui ont raté le coche cette année auront sûrement à cœur de se rattraper le plus vite possible.

Photos Devise/Desjardins Image & Co