L’année dernière, le festival Check The Rhyme avait fait ses premiers pas, déjà bien assurés grâce à une programmation ambitieuse (Method Man, RedMan, Mobb Deep, Disiz ou encore S-Crew).

Pour sa deuxième édition, l’événement organisé par MC5 et Panda Events, a tenu son rang avec des stars US confirmées, des grands espoirs du rap français, mais aussi de belles surprises…

Les belles et le bad boy

21 h 15, arrivée au Théâtre de Verdure, rythmée par des scratchs appliqués et des voix féminines. Sur scène, Gavlyn , Oh Blimey et le Suisse DJ Mike Steez font le boulot. Faut dire que la place de ce trio détonnant position dans le line-up n’est pas facile : après Guizmo et avant Schoolboy Q.

Dans les travées, les filles puis les garçons se laissent emporter par le flow des jeunes Américaines. Leurs refrains simples à base de « Hey Ho », repris par la fosse installent une complicité avec le public.

Dans les travées du TDV, des pas de hip-hop se laissent entrevoir, du crunk aussi. Même les plus petits s’improvisent danseurs. Gavlyn et Oh Blimey en profitent pour faire monter des spectateurs et même des bénévoles sur scène.

#BASSFACE live in #NiceFrance at @festivalctr shout out @ear_jerker on the beat @gavlynnn on the hype and @djmikesteez on the decks.

Posted by Oh Blimey on lundi 27 juillet 2015

En guise d’interlude, les Girls Do It Better (rejointes ensuite par Original Breakdance) prennent possession de la scène, tout de blanc vêtues. Un remake de Dreamgirls ? Des sosies des Destiny’s Child ? Plutôt des prêtresses du twerk. À coup de remixes hip-hop/dance, on est transporté dans une soirée de campus américain, maillots NBA, gobelets de bière et jolies filles inclus.

10272618_394498284089992_6392682675384236807_o

Schoolboy Q ! Schoolboy Q ! Schoolboy Q !

Le public s’impatiente pour la grande star de la soirée. Le DJ chauffe l’ambiance et annonce le rappeur de Los Angeles. Une petite voix trafiquée qui dit « Hello » et c’est bien Quincy Matthew qui débarque en skateboard sur scène.

Les spectateurs explosent sur Gangsta, premier titre de son dernier album, Oxymoron. Les enceintes crachent des coups de feu dans la nuit niçoise. Q se retourne vers son DJ et revient en clamant : « Fuck Paris and Issa Nissa ». De quoi se mettre tout un public dans la poche.

Il enchaîne avec Hand On The Wheel, le titre qui l’a fait connaître en Europe. Ce qu’on pouvait craindre d’un artiste américain venu pour un set d’une heure seulement, c’était un show exécuté d’une traite, sans interaction avec les spectateurs.

Pas de ça chez Schoolboy… Tel un juke-box humain, il demande aux fans quelle chanson ils veulent et s’exécute. Tout y passe, de Hell Of A Night à What They Want.

Le natif de Francfort-sur-le-Maine s’accorde une pause bien méritée dans le concert pour parler de ses amis A$AP Rocky, A$AP Ferg et surtout de Kendrick Lamar. Un bon moyen de tester la popularité de sa clique Black Hippy.

Schoolboy Q<<Man of the Year>>

Posted by Mery Christophe Pochon on samedi 25 juillet 2015

Collard Greens et Blessed font plonger le Thêatre de Verdure dans la pure tradition du gangsta rap. Man Of The Year, l’un des titres phares d‘Oxymoron, retentit. Ça sent la fin. Une énergie folle est donnée dans cette dernière chanson.

Tout le monde semble exténué. Personne ne s’attend à un rappel, le public commence à sortir, lorsque le rappeur remonte sur scène pour un titre régulièrement entrecoupé de « Nissa » et conclu par un « Au revoir » dans la langue de Booba. Celui qui rappe « Life for me is just weed and brews » semble être tombé amoureux de Nice. Qui le lui a bien rendu.

Photos : Mr Mass