Mine de rien, l’édition 2017 de Crossover approche à grands pas. Ce qui a le don de nous réjouir. En plus d’une programmation étoffée et alléchante, on nous promet un festival au sens large, du 8 au 11 juin prochains.

Un véritable lieu de vie installé dans les anciens abattoirs de Nice, ce QG tant apprécié par les équipes d’Allover (l’entité récemment née du rapprochement entre Allo Floride et Panda Events).

« Par le passé, on a pas mal bougé. Là, on a voulu se recentrer sur le Chantier 109. Le lieu est tellement grand, il offre plein de possibilités. En général, on fonctionnait avec deux espaces. Pour cette édition, on en mettra quatre en place », détaille Agathe, chargée de communication pour Panda Events.

Retour en images sur le festival Crossover 2016 :

« A la croisée des cultures »

« Crossover, c’est vraiment une marque et un concept à la croisée des cultures, qu’elles soient artistiques, numériques, musicales. Tout ça se ressent dans nos choix de programmation. Le 109, c’est l’endroit rêvé pour ce genre de délire », appuie Hélène Parmentier, responsable communication d’Allover.

Outre la halle principale, faisant office de « main stage », la cour intérieure accueillera également des lives. Tandis que l’entrepont et La Station seront utilisés afin de montrer une autre facette du festival.

Pour la soirée de clôture, ceux qui auront encore quelques forces à jeter dans la bataille prendront le chemin du C’Factory pour un marathon sonore drivé par le label belge R&S Records, avec le tandem John Talabot/Axel Boman (baptisé Talaboman), Space Dimension Controller, Lone et Renaat.

« On va mettre en avant la pluridisciplinarité, en travaillant avec des collectifs. Il y aura de la vidéo, du mapping, de la danse et toutes sortes de performances. Dans le village festival, on a prévu d’installer un tatoueur sur cuir par exemple », poursuivent Agathe et Hélène.

A les écouter, on risque d’en prendre plein les oreilles, mais aussi plein les yeux…

« La grande halle sera complètement différente, avec une mise en scène énorme. Ceux qui gèrent les lumières vont travailler avec ceux qui font le VJing. Ils vont nous proposer des choses complètement nouvelles pour créer une atmosphère nouvelle. Pour l’entrepont et La Station, on a fait appel à Sheper Crew pour bosser sur la scénographie et les décors. Les No Keyframe, avec qui on collabore depuis des années, s’occuperont du Vjing. »

Des artistes prêts à mouiller le maillot

Depuis sa création, en 2009, le Festival Crossover a bien grandi. Pour les amateurs de vintage, voici l’aftermovie de la toute première fois de l’événement :

Après avoir pas mal navigué dans la cité niçoise, il a donc trouvé son point de chute idéal. Côté musique, il est resté solide sur ses bases. Tout en laissant de la place à l’atypique et à l’imprévu.

« Aujourd’hui, on reste un peu dans la couleur électronique. Mais dans cette musique-là, on peut trouver énormément de choses différentes », synthétise Agathe.

« On aime titiller la curiosité des gens, agiter leur esprit. Il y a les têtes d’affiche, bien sûr. Mais on a aussi des artistes qui peuvent nous proposer des choses complètement dingues, comme Mathilde Fernandez. Elle, c’est une performeuse qui vient du lyrique. Elle pose sa voix sur une base d’electro assez conceptuelle », ajoute Hélène.

« Et à côté de ça, t’auras du Lorenzo, un rappeur français qui explose tout. Pour le côté hip-hop, on aura aussi le Londonien Jay Prince ou encore le Niçois G_Tellaxxxx, un breakeur qui est passé au beatmaking. Il mixera à l’entrepont pendant que ses danseurs se produiront », complète le duo de chez Allover.

« On a de plus en plus d’artistes qui nous font des propositions qui sortent de l’ordinaire. Au-delà des DJ sets et des lives habituels, ils ont envie de se diversifier, de donner plus de relief à leurs performances. Cette année, Romare va venir avec un live band par exemple. Il y a aussi de plus en plus de DJs qui veulent venir jouer avec une chanteuse ou un MC.


Dans un prochain article, on reviendra plus précisément sur la grosse programmation de Crossover 2017. En attendant, pour ceux qui ne l’auraient pas encore scrutée de près, on vous fait un peu de name dropping :

Gramatik, Etienne de Crécy, Talaboman, Adana Twins, Paradis, Bon Entendeur, Lone, Space Dimension Controller, Renaat, The Geek xVRV, Lorenzo, Jay Prince, Charlotte de Witte, Crayon, AZF, Mathide Fernandez, Hifiklub, Malcolm, Buvette, Bjarki, Midland, Romare, Voxorama, Scopitone 97′, James Falco, LpLpo, Aïm N, Miosine, Exceedance, AXL, Apulati Bien & more…