Le Festival Check The Rhyme va faire son retour à Nice en 2018. Une excellente nouvelle pour tous les amateurs de hip-hop, privés de leur rendez-vous en 2016 (après l’attentat du 14-Juillet) et en 2017.

Les dates à cercler de rouge dans votre agenda, ce sont les 1er et 2 juin. Deux jours pendant lesquels de nombreux courant du rap actuel seront représentés sur la scène du Théâtre de Verdure.

Après avoir accueilli Joey Bada$$, Little Simz, Schoolboy Q, Pusha T ou encore KRS-One en 2015, Check The Rhyme a fait le choix de miser sur un line-up entièrement francophone pour sa troisième édition.

La liste devrait encore s’allonger, mais l’événement propulsé par MC*5 et Panda Events a déjà fière allure.

Vald, Kalash et Prince Waly pour lancer les hostilités

En ouverture, le 1er juin, on retrouvera ainsi le tout aussi improbable que talentueux Vald. D’abord considéré comme un Ovni par les observateurs, il a ensuite récolté l’étiquette « Eminem français ».

On le sait maintenant, il y a bien plus à dire et surtout à entendre au sujet de Valentin Le Du (ah c’est sûr, ça claque moins comme ça…).

Dans le sillage de celui à qui il faut toujours dire bonjour, il y aura le dénommé Kalash. Celui-là même qui a écrasé la concurrence dans les charts et sur YouTube avec son hit Mwaka Moon, avec Damso en featuring.

Pour accompagner Vald et Kalash face au public niçois, il y aura Prince Waly. Un p’tit gars de Montreuil qui a fait son chemin avec ses Air Max 97 et sa manière de kicker à l’ancienne.

Niska, Alkpote, Caballero & Jeanjass pour refermer le bal

Le lendemain, grosse affluence à prévoir pour la venue de celui qui nous planté dans la tête deux ou trois morceaux devenus de gros succès. On veut bien sûr parler de Niska, sans doute plus trop obligé de faire du repérage de femmes sur les réseaux…

Changement d’ambiance ensuite avec Alkpote, visage bien connu d’un paysage rap français dans lequel il incarne le pote volontiers grossier ou atteint du syndrome de Gilles de La Tourette. On ne sait plus trop.

Impossible d’évoquer le rap francophone sans avoir en tête une flopée d’artistes venus de Belgique. Outre le patron Damso, Romeo Elvis, L’or du commun, Hamza ou Shay, le Plat pays nous a également offert Caballero et Jeanjass.

L’un a les bouclettes d’Alain Chabat dans Didier, l’autre arbore une barbe à la Action Bronson. Une fois ces considérations capillaires et pileuses expédiées, il faut dire que le tandem a la punchline facile. Portés sur l’egotrip, Caballero et Jeanjass devraient bien soulever la foule.

Pas encore aussi connu que les autres noms cités plus haut, Tengo John débarquera sans complexe avec son flow rapide et ses phases vénères.

Petite tendance nostalgique également pour ce protégé du label Chez Ace, qui ne se contente toutefois pas d’exhumer les vieilles recettes des ainés pour percer.

Billetterie

Les tarifs « blind pass » et « early bird » ne sont plus disponibles, « victimes de leur succès » comme on dit chez McDo.

Il est en revanche possible de réserver un pass 2 jours à 60 euros. Ou bien de prendre sa place pour l’une des deux soirées (32 euros). Les habituels retardataires ont tout intérêt à se bouger : le pass 2 jours passera ensuite à 70 euros et les entrées pour un soir à 37 euros (et 40 euros sur place).