Le Festival Nuits Carrées, c’est devenu un incontournable depuis longtemps. Pas question de rater ce moment hors du temps du côté du Fort Carré à Antibes. Sur trois jours, du 28 au 30 juin, l’événement mis sur pied par Label Note fera feu de tout bois (oui, on est né en 1930, et alors ?).

Depuis l’an dernier, le rendez-vous antibois a décidé de faire de la place à la scène rock/metal, pas forcément très gâtées du côté de chez nous.

Ceux qui ne jurent que par le noir et les cheveux filasse (cliché, quand tu nous tiens) seront servis d’entrée.

Le 28 juin, ils auront droit à quatre têtes d’affiche : Pleymo, Ultra Vomit, Dagoba et Smash Hit Combo. Les puristes apprécieront, ou pas. Pour notre part, difficile d’apporter un éclairage sur cette terra incognita.

Roméo Elvis, Disiz, M.O.P., Nemir et Gracy Hopkins en piste le 29 juin

En revanche, après avoir passé notre adolescence dans un survet Tacchini avec des Air Max aux pieds, on peut vous dire que la soirée suivante, celle du 29 juin donc, vaudra assurément le détour.

Une soirée placée sous le signe du hip-hop, et pas avec des seconds couteaux… A n’en pas douter, la sensation se nommera Romeo Elvis. Casquette à la visière tordue sur cheveux longs, le Belge a tout remué sur son passage ces derniers mois.

Il ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin et tous les festivals de France se l’arrachent. Il est par exemple à l’affiche de Marsatac, de Garorock, de Solidays, du Main Square Festival ou des Vieilles Charrues. Une belle prise pour les « petites » Nuits Carrées !

Côté « nouvelles têtes », on apercevra le très doué Nemir. Instrus façon cloud rap, look soigné, éclairages bleutés dans ses clips, le garçon mélancolique a du style à revendre.

A noter également la présence de Gracy Hopkins. Ne vous fiez pas à l’emballage, malgré son blaze, le MC aux origines métissées (Brésil, Angola) vient de Torcy. Décidé à brouiller les pistes sur ses tracks, il rappe en anglais.

En tout début de soirée, il aura pour mission de mettre le public doucement dans l’ambiance de ces Nuits Carrées 2018.

Disiz la peste, lui, n’aura certainement pas de souci pour réchauffer l’atmosphère. Actif depuis plus de vingt ans, il avait signé une entrée fracassante dans le rap français avec J’pète les plombs, morceau phare de son album Le poisson rouge, sorti en 2000.

De quoi ravir les nostalgiques, assurément. Depuis cette époque, Disiz a multiplié les projets dans la musique, le cinéma et la littérature.

Désireux de ne pas se laisser enfermer dans une case, il a flirté avec le rock et fait évoluer son style à de multiples reprises. Parfois déroutant, mais toujours intéressant.

Enfin, on aura droit à une grosse claque administrée par M.O.P. Le Mash Out Posse, originaire de Brooklyn, a pas mal d’heures de vol au compteur (Billy Danze et Lil’ Fame font du rap depuis 1992). Et encore suffisamment de carburant pour nous faire décoller. Avec Ante up, évidemment.

La programmation finale annoncée le 15 février

Les Nuits Carrées ont sûrement quelques autres belles surprises à offrir. Pour le moment, on ne connaît qu’une tête d’affiche pour la dernière soirée, celle du 30 juin.

Il s’agit de Perturbator, une formation issue du courant dark synthwave.

La dernière salve de guests sera dévoilée le 15 février à 18 heures tapantes sur la page Facebook des Nuits Carrées.