On trépigne comme des gamins devant un sapin de Noël, on vous l’a déjà dit. Le Festival Crossover, c’est du 8 au 11 juin à Nice. En attendant, on scrute le line-up méticuleusement. On a évidemment repéré les poids lourds, ceux qui font déplacer les foules sur leur seul nom.

Mais il y a quelques jours, on s’est lancé dans l’exploration de l’intégralité du programme pour y dénicher des artistes à la notoriété moindre (tout est relatif, évidemment).

Après les soirées du jeudi et du vendredi, on passe aux deux derniers rounds, samedi et dimanche au 109 et au C’Factory.

10 juin : la caresse Crayon, la claque AZF

Pour trouver du bon sur le label Roche Musique, il n’y a pas à chercher longtemps. FKJ, Kartell, Zimmer ou encore Cézaire tournent un peu partout et multiplient les sorties. Dans cette fine équipe, il ne faudrait pas négliger un autre larron nommé Crayon.

Le genre de producteur qui vous envoie une caresse avec chacune de ses compositions. C’est chaud, c’est élégant et la cadence peut parfois s’emballer en un rien de temps. On guettera tout ça le samedi 10 juin.

AZF

Changement radical de cap avec la dénommée AZF. C’est Teki Latex qui lui a mis le pied à l’étrier il y a quelques années. Depuis, elle a su tracer sa voie à coup de set techno tendance industrielle.

A coup sûr, cette Parisienne qui préfère le choc au chic devrait ôter leurs dernières forces aux festivaliers les plus rudes. Il y a quelques temps, celle qui traînait du côté du Pulp pendant ses jeunes années, l’a affirmé sans détour au site Sourdoreille : « Ma musique s’est radicalisée avec le temps, en vieillissant ». Vous voilà prévenus…

11 juin : la tête qui bouge, les yeux fermés avec Lone

Lone (aka Matt Cutler) n’est pas vraiment un inconnu. Mais à coup sûr, si beaucoup d’entre nous ont déjà vu passer son nom dans une playlist ou une affiche de festival, les contours du personnage et de sa musique sont encore flous.

Originaire de Nottingham, le garçon est dans le circuit depuis une bonne dizaine d’années. Autrefois abonnés aux beats hip-hop vaporeux et abstraits, il a fait évoluer son style, notamment après avoir regoûté à la techno originelle made in Detroit.

Il est récemment avec Ambivalent tools vol.1, un EP composé de trois titres qui bastonnent bien, toujours teintés d’une touche de mélancolie.