Les Plages électroniques ont trouvé leur rythme de croisière depuis belle lurette. Et pourtant, le festival cannois parvient encore à surprendre. Mercredi, les organisateurs avaient réuni un sacré bataillon de DJ’s pour ce qui s’annonçait comme la date la plus attendue de l’édition 2014. Désireux de ne pas en perdre une miette, les festivaliers étaient arrivés de bonne heure. Suffisamment pour s’offrir un bel échauffement sous la conduite de Nicolas Collonge et Malcolm, deux artistes de la région associés pour l’occasion.

img5833hg

Comme eux, toutes les personnes présentes (certainement plus de 10 000 têtes) avaient décidé de faire de ce moment quelque chose de rare, une sorte de libération collective en plein cœur de l’été. Le teint hâlé, l’haleine « rosée », plusieurs générations étaient réunies pour cette communion électronique. Les suivants à se produire en back to back (ou B2B pour les gens pressés) se nommaient Erol Alkan et Daniel Avery. Deux hommes venus de Grande-Bretagne, qui ont en commun la capacité de savoir se montrer exigeants et rassembleurs à la fois.

img5801jkhjh

Laurent-Garnier-Boys Noize, talents associés

Sous l’impulsion des British, les spectateurs s’agglutinaient les uns aux autres. Passionnés d’electro depuis des lustres ou simplement là pour se déhancher, ils formaient une immense vague humaine au pied de la scène. Ceux qui voulaient se ménager un peu plus d’espace vital n’hésitaient pas à se diriger vers la mer pour danser en maillot de bain. D’autres, assoiffés, prenaient leur courage à deux mains et repartaient vers des buvettes prises d’assaut pour remplir leur verre.

img5914jhg

L’arrivée de Boys Noize et de Laurent Garnier allait encore faire monter la chaleur de plusieurs crans. Malgré les 17 ans qui les séparaient (31 ans pour l’Allemand, 48 ans pour le pilier de la French touch), les membres de ce duo d’un soir parlaient définitivement le même langage. Heureux de pouvoir présenter un mix spécialement concocté pour ce live aux Plages, ils faisaient face à la foule pendant près deux heures, déroulant leur setlist avec générosité et entrain. Tandis que certains étaient déjà sur les rotules, plusieurs milliers de personnes avaient encore assez d’énergie pour suivre la cadence d’une performance encore plus musclée dans sa dernière demi-heure. Tout ce petit monde aura encore la possibilité de remettre ça le 14 août. Une dernière fois, avant de devoir patienter pendant un an…

img5952khj