Il y a des jours comme ça où tout va pour le mieux. Il y a des jours comme ça où tout roule, tout coule. Le premier dimanche de juillet, plein de soleil. L’été dans lequel on a envie de mordre à pleine dent.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, c’était en fait un temps à faire faux bond à la plage et aux pool parties. Ce dimanche-là, c’était du côté du Château de Mouans-Sartoux que ça se passait. Eh ouais…

Là-bas, l’équipe de Panda Events avait sorti l’étendard Crossover Summer pour un rendez-vous mariant street food et musique.

« Crossover, comme son nom l’indique, met un point d’honneur à multiplier les disciplines, les ambiances et les programmations. Avec ces événements ‘satellites’ qui gravitent autour du festival Crossover tout au long de l’année, on peut appliquer ça », nous explique Emilie Dulas, chargée de communication chez Panda Events.

Dix food trucks garés autour de grandes tablées recouvertes de nappes à carreaux, des DJs qui se relayaient juste en face (Parra for Cuva & Senoy, Romare, DJ Oil et la team Délicieuse Musique) : difficile de faire mieux.

Ce ne sera pas un one-shot

Et n’allez pas croire qu’on a croisé que des oiseaux de nuit attirés par la qualité de la prog’, non. A deux pas de la scène, des familles profitaient de l’entrée libre (seuls ceux qui arrivaient après 18 heures devaient payer leur billet) pour tendre l’oreille tout en profitant de l’espace sieste musicale, des brumisateurs ou de l’atelier maquillage de Belle comme un camion.

« On voulait vraiment proposer un accueil adapté aux petits comme aux grands, avec des animations, des activités, des food trucks et évidemment toujours de la musique », poursuit Emilie.

Le soir, la retransmission du quart de finale de l’Euro entre la France et l’Islande avait même été prévue. Il y a des choses avec lesquelles on ne rigole pas.

Réussie, l’expérience ne sera certainement pas un one-shot :

« Tout au long de l’été, on va passer par différents concepts, différents types d’événements, différents styles de musique, toujours dans l’air du temps. Le métissage des genres et des publics est notre leitmotiv », conclut Emilie Dulas.

Photos WAFR et Festival Crossover