Le Forum Nice Nord ne paie vraiment pas de mine. Pourtant, à intervalles réguliers, il voit défiler de grands noms entre ses murs.

La dernière fois qu’on y a mis les pieds, ça remonte un peu, c’était pour y écouter Robert Glasper. Un gaillard qui n’a pas son pareil pour faire le trait d’union entre les générations (il a coordonné un hommage moderne à Miles Davis avec la production de l’album Everything’s beautiful) et les styles.

Le 17 février, dans le cadre des Nice Jazz Festival Sessions, un autre poids lourds va débarquer au Forum Nice Nord. Il s’agit du batteur Tony Allen. 77 ans au compteur, 50 ans derrière les fûts : solide.

Installé en France, l’homme originaire de Lagos a surtout été un compagnon de route du grand Fela Kuti. Ensemble, depuis le Nigeria, ils ont posé les bases de l’afrobeat. De quoi vous situer le bonhomme.

Heureux comme un jeune premier

A l’âge où certains sucrent les fraises, ce bon Tony a eu l’envie de dévorer la cerise sur le gâteau. Heureux comme un jeune premier, il a signé son tout premier album sur le mythique label Blue Note.

Le disque s’appelle The Source. Ce qu’on trouve sur les pistes ? Laissons la parole à Tony Allen :

« Ce disque est différent de tous mes travaux précédents. Je dis que c’est du jazz, mais ce n’est pas du jazz contemporain ou des standards. C’est du jazz à ma façon. Ma manière de faire du jazz a été appelée afrobeat », a-t-il expliqué dernièrement à Culturebox.

Pour ce projet, Allen a choisi de laisser la voix de côté, de proposer un album entièrement instrumental. « C’est fini, je suis fatigué, je ne veux plus chanter », résume le Nigérian.

Baguettes en main, il retrouve le feu sacré, le plaisir de jouer. Ce sera évidemment un plaisir d’entendre celui qui, en 2017, a également réalisé un EP dédié à l’un de ses maîtres, Art Blakey.

Le Fred Luzignant Funktet en première partie

Pour ouvrir la route à Tony Allen, on retrouvera le tromboniste-chanteur Fred Luzignant et son « funktet » (Fred Luzignant : trombone & chant – Benjamin Boutant : saxophone – Luc Fenoli : guitare – Christian Pachiaudi : basse – Alain Asplanato : batterie).

Au programme, des reprises des plus grands trombonistes-chanteurs de funk comme  Fred Wesley, Trombone Shorty et Niels Landgren.

Les pères fondateurs du mouvement funk-jazz dans les années 70 comme Herbie Hancock, Maceo Parker ou Johnny « Guitar » Watson seront également salués.

Infos pratiques

Tarifs hors frais de loc. : Normal 19€ / Réduit 14€ – Renseignements : 04 97 00 10 70

http://www.nicejazzfestival.fr