C’est un marronnier que la presse commence à affectionner. Celle-ci nous dit qu’après la sortie du tunnel repas de Noël-nouvelle année-galette des rois, une autre épreuve nous attend. Et pas des moindres.

Le troisième lundi de janvier, il faudra faire face au Blue monday, le jour le plus pourri de l’année. Pour 2018, ça tombera le 15 janvier.

Fumeux ? Peut-être. Toujours est-il que Cliff Arnal, un psychologue gallois, s’est creusé la tête pour donner de la consistance à tout ça.

C’est moyennement intéressant, mais cela a suffi pour répandre l’idée dans les esprits. Les journalistes, grands fans de « journées internationales » (le 19, ce sera celle du pop corn. Et le 21 sera celle des câlins, NDLR) et d’études scientifiques farfelues, aident ce bon Cliff à saper le moral des gens qui n’ont rien demandé.

Il fait froid, il fait moche, on est gras à cause des repas de fêtes, on n’a plus un kopeck après Noël. Le week-end est terminé, la semaine a repris, les vacances sont loin. Les bonnes résolutions ? On les a déjà foutues au feu avec notre abonnement Fitlane qui coûte un bras.

Dans ces conditions, on comprend comment on arrive à croire en la théorie d’un jour un peu plus moisi que les autres.

Mais bon, en dépit de tous les éléments cités un peu plus haut, on va faire en sorte de transformer ce Blue monday en une journée un peu moins terne. Pour ça, on dégaine une playlist fofolle. Ne cherchez pas de cohérence, la seule ligne directrice étant de vous faire guincher dans l’open space.

PS : les plus inquiets d’entre vous peuvent d’ores et déjà cliquer sur « Play » et faire des anticorps avant ce lundi 15 janvier fatidique…